5 choses à savoir sur le métier de gendarme

Brigades spécialisées, statut militaire et même port de la moustache obligatoire : découvrez cinq faits pour mieux connaître la Gendarmerie !Contacter un expert
Le saviez-vous ? 5 faits à connaître sur le métier de gendarme

La Gendarmerie nationale est une institution présente sur 95 % du territoire français. Chargée de la protection des civils et de la sécurité publique, le métier de gendarme reste encore mal connu par la population. Par exemple, saviez-vous que les gendarmes possèdent le statut de militaire, au même titre qu’un soldat de l’Armée ? Pour mieux connaître la Gendarmerie et les corps qui la composent, voici 5 choses à savoir sur le métier de gendarme !

Fait n°1 : la création de la Gendarmerie remonte à la guerre de Cent Ans ⌛

La Gendarmerie nationale est un bout de l’histoire de France. En effet, elle fait partie des plus anciennes institutions du pays, créée en 1336. À l’époque, la Maréchaussée est mise en place pour lutter contre les bandes de brigands et pillards, ainsi que pour rattraper les déserteurs de l’Armée. C’est l’ancêtre de la Gendarmerie !

Sous le règne des rois de France, la profession se sédentarise de plus en plus. En d’autres termes, la Maréchaussée intervient au sein des villages et des cités, pour maintenir l’ordre auprès des habitants. Il faut attendre 1791 et la fin de la monarchie pour que l’institution soit baptisée Gendarmerie nationale

Avec Napoléon, la Gendarmerie occupe une place centrale dans les missions d’ordre public de l’État. L’empereur affirmera même que « c’est la manière la plus efficace de maintenir la tranquillité d’un pays ». 

Depuis, la Gendarmerie a évolué, jusqu’à être rattachée au ministère de l’Intérieur. Entre les officiers et sous-officiers, le personnel administratif et civil et les réservistes, plus de 150 000 femmes et hommes y travaillent à l’heure actuelle.

Fait n°2 : les gendarmes sont des militaires 🪖

Peu de personnes le savent mais les gendarmes ont le statut de militaire des armées. Avant 2009, la Gendarmerie dépendait même du ministère de la Défense. 

Concrètement, qu’est-ce que cela signifie ?

Comme tout militaire, le gendarme respecte des droits et devoirs, compris dans le Code de la défense. Par exemple, les militaires sont soumis à un devoir de réserve concernant les opinions (politiques, religieuses, etc.). Il est donc interdit de montrer un quelconque signe d’appartenance dans l’exercice de ses fonctions. 

À l’inverse des policiers, les gendarmes n’ont pas le droit de se syndicaliser, notamment en raison de la discipline militaire attendue. Même constat pour le droit de grève, qui n’est pas reconnu aux militaires. 

Les sous-officiers et officiers de gendarmerie sont des militaires de carrière. Autrement dit, leur recrutement est définitif, garantissant une sécurité de l’emploi. En revanche, leur contrat prend fin à partir d’un âge spécifique selon le grade atteint.

Avec ce statut, le salaire d’un gendarme prend la forme d’une solde. Ce salaire est composé d’une part fixe, dépendant du grade atteint. Des indemnités complètent ce salaire, en cas de situation spécifique (détachement, famille, etc.).

D’autres avantages sont reconnus aux gendarmes en tant que militaires, notamment : 

  • Des réductions sur les transports (tarif SNCF, etc.)
  • Neuf semaines de congés par an
  • La prise en charge du logement, grâce aux logements en caserne 

Fait n°3 : il est possible d’être gendarme sans le bac 🎓

Si vous rêvez de devenir gendarme mais que vous ne disposez pas d’un baccalauréat, rien n’est perdu ! Les fonctions de gendarme-adjoint volontaire sur le terrain (GAV APJA) sont accessibles sans ce niveau de diplôme. 

Pour entrer dans la Gendarmerie à ce grade, voici les conditions à respecter : 

  • Avoir entre 17 et 26 ans
  • Être de nationalité française
  • Avoir suivi un service national (Journée d’Appel de Préparation à la Défense, Journée Défense et Citoyenneté, etc.)
  • Être physiquement apte aux fonctions

En parallèle, vous devez également réussir un recrutement sélectif. Il se déroule tout au long de l’année, dans toute la France. Chaque candidat passe d’abord un test en ligne de deux heures. Sur le centre d’examen, il faut ensuite rédiger une lettre de motivation en 30 minutes et passer un entretien oral avec un référent-recrutement. 

En devenant gendarme-adjoint volontaire, vous avez l’avantage de pouvoir passer le concours de sous-officier en interne. En bref, la condition de diplôme disparaît, si vous justifiez d’un an de service comme gendarme-adjoint.

Attention, cette sélection est exigeante : seuls les candidats motivés et compétents sont retenus. Il est souvent conseillé de se préparer quelques mois à l’avance pour être prêt le jour-J. Chez Hupso, nos professeurs professionnels du domaine de la sécurité vous accompagnent pour que la sélection ne soit qu’une formalité !