Fiche métier : ergothérapeute

Contacter un expert
Hupso | Indispensable

Le métier d’ergothérapeute

L'objectif de l'ergothérapie est de maintenir, de restaurer et de permettre les activités humaines de manière sécurisée, autonome et efficace. Elle prévient, réduit ou supprime les situations de handicap en tenant compte des habitudes de vie des personnes et de leur environnement. L'ergothérapeute est l'intermédiaire entre les besoins d'adaptation de la personne et les exigences de la vie quotidienne en société. [...] L'ergothérapeute examine non seulement les effets physiques d'une lésion ou d'une maladie, mais il se penche également sur les facteurs psychosociaux et environnementaux qui influencent votre capacité d'agir.” Association Nationale Française des Ergothérapeutes (ANFE)

Ce professionnel de santé, majoritairement féminin (à 87%), est encore assez méconnu du grand public. On en comptait moins de 12 000 en France en 2018.

Il intervient sur prescription médicale auprès de personnes en perte d’autonomie (accident, handicap). A la fois chargé de la rééducation du geste quotidien et de l’aménagement de l’environnement du patient, l’ergothérapeute travaille aussi bien avec les enfants, que les adultes et les personnes âgées. 

Les missions de l’ergothérapeute

Les actes professionnels réalisés par l’ergothérapeute sont régis par L’article R4331-1 du Code de la santé publique.

Ils se répartissent en deux missions principales :

  • rééducation : de l’exercice visant à faciliter l’enfilage de ses chaussettes à l’apprentissage de l’écriture de la main gauche lorsqu’on vient de perdre l’usage de la droite, il y a autant de possibilités que de patients. S’il intervient sur prescription, c’est à l’ergothérapeute qu’il revient de définir la technique de rééducation la plus adaptée pour son patient. En fonction de sa sensibilité propre, il pourra aller vers des projets thérapeuthiques plus ou moins artistiques. 
  • adaptation de l’environnement personnel et professionnel : l’ergothérapeute recommande aussi bien l’aménagement d’une pièce (barres d’appui par exemple), l’achat de matériel (fauteuil, véhicule) ou l’acquisition d’une aide animalière. L’objectif étant de faciliter l’autonomie du patient dans ses gestes quotidiens. 

L’ergothérapeute doit dans un premier temps faire un bilan des capacités physiques et psychiques du patient afin de déterminer quelles actions de rééducation et quels aménagements de son environnement peuvent être mis en place. Il intervient ainsi au sein d’équipes médicales pluridisciplinaires en milieu hospitalier, en centres et à domicile ou dans son propre cabinet. 

Il a également un rôle de conseil au sein des équipes médicales : son objectif est alors de s’assurer que la prise en charge du patient laisse part, dans la mesure du possible, au maintien ou à la reconquête de son autonomie.

Enfin, il a également une mission de prévention auprès des populations confrontées au risque de perte d’autonomie.

Les conditions de travail de l’ergothérapeute

“Les ergothérapeutes peuvent travailler avec des personnes de tout âge porteuses de troubles fonctionnels, sensoriels, psychiques, ou intellectuels dans :

  • Une Maison Départementale de la Personne Handicapée (MDPH)
  • Un hôpital de jour
  • Un Centre de Rééducation et de Réadaptation Fonctionnelles (CRRF)
  • Une clinique
  • Une maison de retraite
  • Un Centre d'Information et de Conseils en Aides Techniques (CICAT)
  • Une association de personnes handicapées
  • Un Service d'Education et de Soins Spécialisés à Domicile (SESSD)
  • Un Foyer d'Accueil Médicalisé (FAM)
  • Une collectivité locale (CCAS)
  • Un Centre d'Action Médico-Sociale Précoce (CAMSP)
  • Un cabinet d'ergothérapie libéral
  • Un Etablissement et Service d'Aide par le Travail (ESAT)
  • Une assurance
  • Un Centre d'Accueil Thérapeutique à Temps Partiel (CATTP)
  • Une Centre Local d'Informations et de Coordination (CLIC )
  • Un Centre Médico-Psychologique (CMP)
  • Une entreprise commerciale
  • Un Établissement d'Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes (EHPAD)
  • Un Établissement Spécialisé pour une Vie Autonome à Domicile (ESVAD)
  • Un Institut Médico-Educatif (IME)
  • Une Maison d'Accueil Spécialisé (MAS)
  • Un Site pour la Vie Autonome (SVA)
  • Un service de soins spécialisés à domicile (SESSAD)
  • Un Service de Soins Infirmiers A Domicile (SSIAD)
  • Un Service d'Accompagnement Médico-Sociaux pour Adultes Handicapés (SAMSAH)
  • Une Unité d'Evaluation, de Réentrainement, et d'Orientation Sociale et/ou professionnelle (UEROS)
  • Unité Mobile d'Evaluation
  • Une Unité de Soins Longue Durée (USLD)
  • Une maison d'arrêt

De plus en plus, les secteurs d'interventions des ergothérapeutes se diversifient : dans les cabinets d'architecture et d'ergonomie, dans les cabinets d'appareillage, dans des services commerciaux de matériel spécialisé pour les personnes handicapées,...” selon l’Association Nationale Française des Ergothérapeutes 

Ajoutons à ce panorama des possibilités les précisions suivantes :

  • En services hospitaliers ou cliniques privées, l’ergothérapeute peut exercer en psychiatrie, gériatrie, pédiatrie, neurologie, traumatologie, rhumatologie... Chaque service héberge des patients aux profils bien distincts. .
  • Dans le secteur privé, l’ergothérapeute est souvent consultant auprès de designers, architectes, urbanistes qui conçoivent ainsi d’après les indications d’ergothérapeutes l’espace et l’objet à destination d’un public en situation de handicap par exemple.
  • Auprès des assurances, il s’agit d’une mission d’expertise pour chiffrer les dommages corporels suite à un accident par exemple
  • En 2018, 12% des ergothérapeutes exerçaient en tant que libéraux.

Même s’il exerce souvent en milieu hospitalier et travaille en équipe avec les autres professionnels de santé, l’ergothérapeute travaille en journée, avec des horaires réguliers, et très rarement le week-end ou les jours fériés.