Comment devenir infirmier de bloc opératoire ?

Contacter un expert
Hupso | Indispensable

Le métier d'infirmier de bloc opératoire 

L'infirmière de bloc opératoire diplômée d’Etat (IBODE), également appelée “panseuse” ou “panseuse-instrumentaliste”, est une infirmière qui s’est spécialisée dans la prise en charge des patients au bloc opératoire et travaille en étroite collaboration avec les chirurgiens. Ce professionnel de santé est obligatoirement titulaire du diplôme d’Etat d’infirmier de bloc opératoire (DEIBO). Sa présence est indispensable au fonctionnement du bloc opératoire. 

L’IBODE prépare le matériel nécessaire à l’opération, accueille et installe le patient et assiste le chirurgien de différentes manières. Il s’agit d’un métier aux missions variées et techniques. Cette spécialisation s’adresse en particulier aux infirmiers déjà diplômés ou sur le point de l’être.

La profession est majoritairement exercée par des femmes, même si les hommes sont plus nombreux dans cette spécialité que dans le corps des infirmiers en soins généraux. 

Les missions de l’infirmière de bloc opératoire

Les missions spécifiques à l’infirmier de bloc opératoire diplômé d’Etat sont encadrées par le Code de la santé publique : “L'infirmier ou l'infirmière titulaire du diplôme d'Etat de bloc opératoire ou en cours de formation préparant à ce diplôme, exerce en priorité les activités suivantes :

  1. Gestion des risques liés à l'activité et à l'environnement opératoire ;
  2. Elaboration et mise en oeuvre d'une démarche de soins individualisée en bloc opératoire et secteurs associés ;
  3. Organisation et coordination des soins infirmiers en salle d'intervention ;
  4. Traçabilité des activités au bloc opératoire et en secteurs associés ;
  5. Participation à l'élaboration, à l'application et au contrôle des procédures de désinfection et de stérilisation des dispositifs médicaux réutilisables visant à la prévention des infections nosocomiales au bloc opératoire et en secteurs associés.

En per-opératoire, l'infirmier ou l'infirmière titulaire du diplôme d'Etat de bloc opératoire ou l'infirmier ou l'infirmière en cours de formation préparant à ce diplôme exerce les activités de circulant, d'instrumentiste et d'aide opératoire en présence de l'opérateur.

Il est habilité à exercer dans tous les secteurs où sont pratiqués des actes invasifs à visée diagnostique, thérapeutique, ou diagnostique et thérapeutique dans les secteurs de stérilisation du matériel médico-chirurgical et dans les services d'hygiène hospitalière.” (Article R4311-11)

Avant l’opération, l’infirmière de bloc opératoire prépare donc l’ensemble du matériel nécessaire, ce qui nécessite de connaître les temps opératoires des différentes opérations et de savoir anticiper les besoins et les problèmes qui pourraient survenir en cours d’opération.

Elle accueille et installe ensuite le patient. Pendant toute la durée de l’opération, elle assiste le chirurgien en assurant différentes fonctions :

  • aide-opératoire, elle seconde directement le chirurgien
  • instrumentaliste, l’IBODE est alors chargée de passer pinces, ciseaux et autres scalpels au chirurgien
  • circulante, elle gère alors le matériel utilisé et assure la traçabilité administrative du déroulement de l’opération
  • panseuse

En quasi-permanence dans le champs opératoire, elle anticipe les gestes qui vont avoir lieu pendant l’opération et veille aux règles de sécurité. Elle est également en charge de la première décontamination des instruments.

Après l’opération, elle est chargée de l’acheminement des éléments biologiques qui doivent être analysés, de l’évacuation des DASRI (déchets d’activités de soins à risque infectieux) et de la décontamination des locaux afin que le bloc soit prêt pour l’opération suivante.

Les conditions de travail de l’infirmière de bloc opératoire

L’infirmière de bloc opératoire travaille sous la responsabilité du chirurgien et du cadre de santé. 

L’IBODE travaille en tenue stérile complète (charlotte, masque, sur-blouse, chaussons et gants) lorsqu’elle est au bloc, et en tenue classique d’infirmière lorsqu’elle saisi des données dans un bureau.

Le travail s’effectue essentiellement en station debout et nécessite une concentration permanente, ce qui peut occasionner de la fatigue d’autant plus que les journées de travail sont de 10h à 12h en fonction des structures. 

Elle prend en charge un seul patient à la fois et collabore avec l’ensemble de l’équipe pluridisciplinaire du début à la fin de son passage au bloc opératoire : médecin anesthésiste-réanimateur, infirmier anesthésiste (IADE), autres infirmières de bloc opératoire, chirurgiens de toutes spécialités, brancardiers, équipe de la salle de réveil etc. 

La diversité des opérations auxquelles elle assiste fait qu’elle n’est pas soumise à la routine. 

L’organisation du temps de travail de l’infirmière de bloc opératoire est variable en fonction de son lieu d’exercice.

Elle peut être plus conventionnelle que celle des infirmiers en soins généraux lorsqu’elle travaille en chirurgie programmée. Le planing y est régulier et l’IBODE peut être en repos tous les weekends et fériés, ce qui permet de conserver une vie de famille stable. Cependant des astreintes et des gardes sont possibles, généralement sur la base du volontariat initial, avec compensation financière, pour assurer la continuité opératoire.

De manière générale, de nombreuses opérations ont lieu en urgence, il doit donc y avoir en permanence une équipe d’IBODE dans les structures qui pratiquent la chirurgie d’urgence, ce qui implique donc de travailler la nuit, les weekends et fériés etc. 

Son exposition au stress lié aux situations d’urgences vitales est également variable en fonction de son affectation : la pression est considérable dans le cadre d’une opération en urgence, bien moindre lors d’une chirurgie programmée.