Le concours de la gendarmerie

Contacter un expert
Hupso | Indispensable

Qu'est-ce que le concours de la gendarmerie ?

Le concours de la gendarmerie recoupe en réalité plusieurs concours. En effet, on estime qu'il existe 3 grandes modalités de recrutement au sein de la gendarmerie :

Dans les trois cas, la sélection se fait sur concours ou examen (pour GAV - Gendarme Adjoint Volontaire). Le recrutement de sous-officier de gendarmerie est le concours le plus important en termes de nombre de candidats. En effet, on estime que chaque année près de 25 000 candidats au total. Le nombre de places est fixé chaque année par arrêté ministériel. En 2018, le nombre de places totale étaient de 2 170. Ce qui fait au total un taux de réussite inférieur à 10%...

Il existe trois concours de sous-officier : le concours interne, le concours externe et le troisième concours.

Pour le concours d’officier, il existe près de 7 voies d’admission : OG-OA, OG RANG, OG SD, OG TITRES, OG UNIV, OG CAT. A et OSC ENCADREMENT.

 

La préparation aux concours de gendarmerie

Moins de 10% de réussite. Ce sont les chiffres communiqués par le Ministère de l'Intérieur sur le site La gendarmerie recrute. Pour environ 25 000 candidats chaque année, le nombre de places s'établit en 2018 à un peu moins de 2 200. Se préparer est indispensable si l'on veut devenir gendarme. Le concours va permettre de tester votre connaissance du français, votre capacité de réflexion, votre connaissance des institutions françaises, votre capacité de logique, votre motivation, etc.

Généralement, on considère qu'il existe 3 manières de se préparer au concours :

  • Avec une préparation à distance. C'est le mode de préparation le plus utilisé pour ce concours. En effet une préparation à distance permet de concilier ses études, sa vie professionnelle ou sa vie de famille avec la préparation au concours. Chez Hupso, par exemple, nos préparations sont construites autour de deux axes. Le premier est la mise à disposition de tout le contenu pour réviser (cours, exercices, examens, QCM...). Le second est la mise en place d'un accompagnement renforcé à distance (tutorat avec des professeurs, simulations d'oraux, calendrier de révisions personnalisé, correction de copies...).
  • Avec une préparation en classe. L'offre est plus limitée car peu de candidats peuvent se déplacer (notamment en semaine). L'avantage est d'avoir un bon encadrement mais les prix restent beaucoup plus élevés qu'une préparation à distance.
  • Se préparer seul. Cela reste évidemment possible notamment si vous êtes bien organisé et consciencieux. L'avantage est évidemment d'avoir une préparation beaucoup plus abordable financièrement, car il vous suffit d'acheter des livres de préparation.

Peu importe, le mode de préparation que vous choisissez, notre principal conseil reste le suivant : commencez le plus tôt possible ! Evidemment les candidats peuvent faire de gros progrès en 1 ou 2 mois de préparation. Mais vous maximisez vos chances de réussite en commençant suffisamment à l'avance. A ce titre, commencez 1 an ou 1 an et demi à l'avance reste l'idéal...

Les concours de sous-officier de gendarmerie

Le concours externe de sous-officier de gendarmerie

Nous nous appuyons ici sur l'arrêté du 27 avril 2011 fixant les programmes, les conditions d'organisation et de déroulement ainsi que les coefficients attribués aux différentes épreuves des concours prévus à l'article 13-1 du décret n° 2008-952 du 12 septembre 2008 portant statut particulier du corps des sous-officiers de gendarmerie.

Ce concours est ouvert aux candidats titulaires du baccalauréat ou d'un diplôme ou titre enregistré et classé au moins au niveau IV dans le répertoire national des certifications professionnelles.

Le concours est divisé en deux types d'épreuves : celles d'admissibilité (ou épreuves écrites) et celles d'admission (ou épreuves orales).

Les épreuves écrites sont les suivantes :

  • Une épreuve de composition de culture générale. D'une durée de 3 heures, elle a pour coefficient 5 et est notée sur 20 points. Cette épreuve consiste en la rédaction d'un devoir sur un sujet d'ordre général, ayant pour objectif d'évaluer les qualités rédactionnelles des candidats.
  • Une épreuve d'aptitude professionnelle. D'une durée de 35 minutes, elle a pour coefficient 2 et est notée sur 20 points. Cette épreuve consiste en un QCM portant sur des suites ou des ensembles logiques à résoudre.

Sachez également qu'en même temps que les épreuves d'admissibilité, les candidats sont soumis à deux inventaires de personnalité destinés à préparer, pour les candidats admissibles, leur entretien individuel avec un ou plusieurs psychologues. Les inventaires de personnalité sont corrigés uniquement pour les candidats admissibles. Ces inventaires n'étant pas une épreuve du concours, aucune préparation n'est nécessaire.

Tout note inférieure à 6 sur 20, est éliminatoire. Sachez également que la barre d'admissibilité varie d'une année sur l'autre. Les candidats admissibles se rendent alors aux épreuves orales :

  • Une épreuve orale d'entretien avec le jury. Cet entretien est composé de 10 minutes de préparation et de 20 minutes d'entretien. Il est noté sur 20 points et a pour coefficient 7. Après le tirage au sort d'un sujet, le candidat bénéficie d'une préparation de 10 minutes avant une restitution de 20 minutes. Le jury a toute latitude pour élargir la discussion.
  • Une épreuve physique gendarmerie. Son coefficient est de 3. Il s'agit d'un parcours d'obstacles destiné à tester le potentiel physique du candidat dans des situations qu'il est susceptible de rencontrer dans un contexte opérationnel. Il est réalisé en tenue de sport.

Une note inférieure à 6 sur 20 à l'entretien est éliminatoire. De même, une note inférieure à 3 sur 20, à l'épreuve physique est également éliminatoire.

Ensuite, une barre d'admission est fixée. S'en suit deux listes : une principale (avec les candidats admis) et une complémentaire (avec les candidats qui doivent attendre un éventuel désistement avant de pouvoir intégrer la formation).

 

Le concours interne de sous-officier de gendarmerie

Le concours interne ou deuxième concours est ouvert :

  • Aux volontaires dans les armées servant dans la gendarmerie nationale, titulaires du diplôme de gendarme adjoint, en activité et comptant, au 1er janvier de l'année du concours, au moins un an de service en cette qualité.
  • Aux adjoints de sécurité de la police nationale en activité et comptant, au 1er janvier de l'année du concours, au moins un an de service en cette qualité.
  • Aux militaires des forces armées autres que la gendarmerie nationale servant en vertu d'un contrat, en activité ou en détachement et comptant, au 1er janvier de l'année du concours, au moins quatre ans de service en cette qualité.
  • Aux réservistes de la gendarmerie nationale.

Le concours est divisé en deux types d'épreuves : celles d'admissibilité (ou épreuves écrites) et celles d'admission (ou épreuves orales).

Les épreuves écrites sont les suivantes :

  • Une épreuve de de connaissances professionnelles. D'une durée de 3 heures, elle a pour coefficient 5 et est notée sur 20 points. Cette épreuve consiste pour le candidat à répondre à plusieurs questions, avec ou sans documentation, sur des problématiques relatives à la sécurité intérieure et à la défense.
  • Une épreuve d'aptitude professionnelle. D'une durée de 35 minutes, elle a pour coefficient 2 et est notée sur 20 points. Cette épreuve consiste en un QCM portant sur des suites ou des ensembles logiques à résoudre.

Sachez également qu'en même temps que les épreuves d'admissibilité, les candidats sont soumis à deux inventaires de personnalité destinés à préparer, pour les candidats admissibles, leur entretien individuel avec un ou plusieurs psychologues. Les inventaires de personnalité sont corrigés uniquement pour les candidats admissibles. Ces inventaires n'étant pas une épreuve du concours, aucune préparation n'est nécessaire.

Tout note inférieure à 6 sur 20, est éliminatoire. Sachez également que la barre d'admissibilité varie d'une année sur l'autre. Les candidats admissibles se rendent alors aux épreuves orales :

  • Une épreuve orale d'entretien avec le jury. Cet entretien dure 25 minutes. Il est noté sur 20 points et a pour coefficient 7. Elle vise à mettre en valeur l'aptitude du candidat à l'état de sous-officier de gendarmerie au regard de ses acquis de l'expérience professionnelle durant son activité de volontaire dans les armées servant dans la gendarmerie nationale, titulaire du diplôme de gendarme adjoint, d'adjoint de sécurité de la police nationale, de militaire des forces armées autres que la gendarmerie nationale servant en vertu d'un contrat, ou encore de réserviste de la gendarmerie nationale.
  • Une épreuve physique gendarmerie. Son coefficient est de 3. Il s'agit d'un parcours d'obstacles destiné à tester le potentiel physique du candidat dans des situations qu'il est susceptible de rencontrer dans un contexte opérationnel. Il est réalisé en tenue de sport.

Une note inférieure à 6 sur 20 à l'entretien est éliminatoire. De même, une note inférieure à 3 sur 20, à l'épreuve physique est également éliminatoire.

Ensuite, une barre d'admission est fixée. S'en suit deux listes : une principale (avec les candidats admis) et une complémentaire (avec les candidats qui doivent attendre un éventuel désistement avant de pouvoir intégrer la formation).

Le troisième concours de sous-officier de la gendarmerie

Le troisième concours est ouvert sans condition de diplôme, aux candidats justifiant d'une expérience professionnelle de trois années dans des conditions fixées par arrêté du ministre de l'intérieur.

La phase d'admissibilité vise à apprécier les acquis de l'expérience professionnelle du candidat. Elle consiste en l'examen d'un dossier dont la composition est fixée par l'arrêté du ministre de l'intérieur. Les membres de la commission d'admissibilité apprécient chaque dossier puis établissent une présélection des candidats.

En même temps que les épreuves d'admissibilité, les candidats sont soumis à deux inventaires de personnalité destinés à préparer, pour les candidats admissibles, leur entretien individuel avec un ou plusieurs psychologues. Les inventaires de personnalité sont corrigés uniquement pour les candidats admissibles. Ces inventaires n'étant pas une épreuve du concours, aucune préparation n'est nécessaire.

Les candidats admissibles se rendent alors aux épreuves orales :

  • Une épreuve pratique d'aptitude professionnelle (coefficient 1). Cette épreuve consiste en une mise en situation pratique en lien direct avec la nature de l'expérience professionnelle au titre de laquelle le concours est ouvert. La durée, le programme et les modalités de cette épreuve sont fixés par arrêté du ministre de l'intérieur.
  • Une épreuve d'entretien (coefficient 1). Cette épreuve consiste en un entretien de vingt minutes avec le président du jury et un ou plusieurs militaires de la gendarmerie nationale ou experts civils. Elle vise à apprécier les aptitudes,