Tout savoir sur le Titre Professionnel (TP) de chargé d’affaires BTP

Contacter un expert
Hupso | Indispensable

Si vous avez la fibre commerciale et que le domaine de la construction vous attire, le métier de chargé d’affaires en BTP est sûrement fait pour vous. Cependant, les missions de ce professionnel sont techniques. Des connaissances poussées, dans le marketing comme dans le secteur du Bâtiment et Travaux Publics (BTP) sont indispensables. Le titre professionnel de chargé d’affaires BTP vous permet d’acquérir toutes les compétences nécessaires pour vous lancer. Qu’est-ce qu’un titre professionnel ? Qui peut y prétendre ? Quels enseignements sont délivrés ? On répond à toutes vos questions sur le TP de chargé d’affaires BTP !

Le titre professionnel de chargé d’affaires BTP

Rappel : le métier de chargé d’affaires BTP

Le chargé d’affaires BTP est avant tout un commercial. C’est un professionnel spécialisé dans la vente et la négociation. Son rôle revient à développer le réseau de clientèle de l’entreprise pour laquelle il travaille. Le chargé d’affaires est donc en contact direct et permanent avec les clients/consommateurs des produits et/ou services. La dimension relationnelle est extrêmement importante dans cette profession. Le commercial possède des qualités humaines, indispensables pour interagir et renvoyer une bonne image de son employeur, dont il est l’interlocuteur principal

En devenant chargé d’affaires BTP, vous vous spécialisez dans un domaine technique et en pleine évolution. Les missions d’un commercial de la construction sont donc plus poussées et concernent des aspects techniques de la vente. 

Par exemple, le chargé d’affaires BTP exerce les missions suivantes : 

  • Nouer des partenariats avec des acteurs du bâtiment (constructeurs, fournisseurs, artisans, etc.)
  • Présenter et vendre des produits et/ou services spécifiques au BTP, par exemple des matières premières, des outils de construction ou des méthodes de rénovation
  • Trouver des chantiers, sur lesquels son entreprise peut intervenir
  • Développer et entretenir le portefeuille de clientèle (fidélisation, prospection et démarchage, etc.)
  • Assurer le service client (SAV, conseils d’utilisation, etc.)

Le TP de chargé d’affaires BTP : de quoi s’agit-il ?

Le titre professionnel de chargé d’affaires BTP, dont le nom exact est « Titre professionnel de négociateur technico-commercial - spécialisation BTP », vous octroie toutes les connaissances nécessaires pour lancer votre carrière. D’ailleurs, cette formation vous permet d’entrer sur le marché du travail avec un diplôme de niveau bac +2

Il s’agit d’un diplôme officiel, enregistré au Répertoire National des Certifications Professionnelles (RNCP). Il est délivré par le ministère du Travail, du Plein emploi et de l’Insertion. De son côté, Hupso est agréé, à la fois pour organiser votre suivi pédagogique et votre session d’examen.

Aucune condition spécifique n’est requise pour entrer en formation. Votre candidature est possible, quel que soit votre niveau d’études ou votre âge. 

En revanche, le titre est réservé aux personnes dans les situations suivantes : 

  • En formation continue, par exemple une reprise d’études ou en reconversion professionnelle
  • En Validation des Acquis de l’Expérience (VAE)
  • En alternance, avec un contrat de professionnalisation ou d’apprentissage

Les compétences acquises en formation

Le titre professionnel de négociateur technico-commercial est conçu pour former des experts de la vente et de la négociation. Lors de votre formation, vous approfondissez donc des compétences de marketing, de vente mais aussi des techniques de relation client ou de stratégie commerciale.

Plus précisément, la formation est répartie en deux blocs de compétences. Vous devez donc obligatoirement valider chacun des blocs pour obtenir le titre professionnel dans son entièreté et être diplômé. 

Voici un tableau récapitulatif des compétences attendues :

Bloc de compétences

Compétences visées

Élaborer une stratégie commerciale omnicanale pour un secteur géographique défini 

  1. Assurer une veille commercial pour analyser l’état du marché 
  2. Organiser un plan d’actions commerciales
  3. Mettre en oeuvre des actions de fidélisation
  4. Réaliser le bilan de l’activité commerciale et rendre compte

Prospecter et négocier une proposition commerciale

  1. Prospecter à distance et physiquement un secteur géographique
  2. Concevoir une solution technique et commerciale appropriée aux besoins détectés
  3. Négocier une solution technique et commerciale

Le titre professionnel de négociateur technico-commercial vous donne également la possibilité de valider des compétences transversales : 

  • Maîtriser les outils et usages numériques 
  • Mobiliser un comportement orienté client et une posture de service

Comment se déroule l’examen ?

L’évaluation du titre professionnel de négociateur technico-commercial se déroule en trois temps : 

  • Un contrôle continu, au cours de votre formation
  • Un dossier professionnel, reprenant vos expériences professionnelles passées
  • Un examen final

Les épreuves finales prennent la forme d’une mise en situation ou de la présentation d’un projet, réalisé au cours de votre formation. Le jury peut également décider d’organiser d’autres épreuves, comme un entretien technique de 30 minutes ou un questionnement à partir de productions. 

Le dossier professionnel est un document détaillant au moins trois expériences professionnelles. Elles doivent correspondre au référentiel de compétences attendues pour le titre professionnel. Par exemple, vous pouvez parler d’une expérience en entreprise ou même dans le cadre d’un engagement associatif. Il est donc recommandé de faire un stage professionnel, voire une alternance, afin d’accumuler les expériences de terrain et de développer vos connaissances. 

 

Le titre professionnel : qu’est-ce que c’est ?

Définition générale

Un titre professionnel (abrégé sous le sigle TP) est une certification professionnelle délivrée par le ministère du Travail, de l’Insertion et de l’Emploi. Autrement dit, le TP a la même valeur qu’un diplôme reconnu par l’État, puisqu’il est enregistré au RNCP. 

De nombreux domaines (et professions) sont accessibles via un titre professionnel. En effet, ce diplôme existe aussi bien pour des activités de construction que pour le secteur d’hôtellerie-tourisme. De plus, un titre professionnel peut vous faire acquérir un niveau allant du Certificat d’Aptitude Professionnelle (CAP) au bac +4.

Le titre professionnel a pour objectif majeur d’attester la maîtrise de connaissances et de savoir-faire par l’élève. Vous assimilez des compétences professionnelles et techniques, spécifiques à un poste. 

En fin de compte, posséder un titre aide à : 

  • (Re)Trouver un emploi, en particulier pour les demandeurs d’emploi ou les personnes en dehors du système scolaire
  • Accéder à l’évolution professionnelle
  • Former à une profession particulière, notamment pour les métiers « en tension »

Le titre professionnel : pour qui ?

En théorie, l’accès au titre professionnel est possible sans aucune condition spécifique. Autrement dit, toute personne souhaitant développer une qualification professionnelle, ou se former à un métier, peut y prétendre. Néanmoins, des exigences de diplômes sont parfois demandées pour entrer en formation (par exemple le bac). Tout dépend du titre que vous ciblez. 

Le titre professionnel est destiné à une catégorie d’individus précise. En effet, le TP s’adresse particulièrement aux individus suivants : 

  • Les jeunes sortis du système scolaire, souhaitant une reprise d’études
  • Les personnes en évolution professionnelle, visant par exemple une validation de compétences pour occuper un emploi à responsabilité
  • Les demandeurs d’emploi en réorientation professionnelle
  • Les actifs en reconversion professionnelle
  • Les jeunes titulaires d’un équivalent CAP, souhaitant se former à un métier spécifique avec l’apprentissage (à condition d’avoir entre 19 et 25 ans)

Les différents parcours en titre professionnel

Pour décrocher un titre professionnel, le candidat doit valider des unités de compétences, appelées Certificats de Compétences Professionnelles (CCP). Ces blocs sont obtenus en cas de réussite aux examens prévus pour le TP. Le candidat dispose alors de cinq ans maximum pour valider tous les CCP. 

Il est également possible de valider un Certificat Complémentaire de Spécialisation (CCS), selon votre titre professionnel. Il s’agit d’une spécialisation dans un domaine précis de l’activité. Attention, pour obtenir un CCS, il faut déjà être titulaire du TP. 

En revanche, plusieurs parcours permettent d’obtenir le titre professionnel : 

  • La formation continue classique 
  • La VAE
  • L’alternance

En formation professionnelle

La voie classique est celle de la formation continue professionnelle. Concrètement, le candidat suit un apprentissage, avec des cours théoriques et pratiques, auprès de son institut de formation. 

Si vous optez pour ce parcours, vous disposez de deux options : 

  • Suivre votre formation en continu, sans interruption
  • Suivre votre formation en discontinu, en validant des blocs de compétences par intermittence

Votre choix dépend en fait de votre emploi du temps et de vos contraintes personnelles. Si vous avez du temps à allouer à la formation, celle-ci peut se faire en quelques mois. Au contraire, il est totalement envisageable d’étaler votre apprentissage sur plusieurs années (dans la limite de cinq ans). Dans ce cas, vous capitalisez les blocs de compétences, afin d’obtenir la certification.

Quelle que soit l’hypothèse, vous devez obligatoirement réussir les examens prévus pour valider chaque module et chaque compétence. En général, les épreuves ont lieu face à un jury, composé de professionnels du métier concerné par le TP. Qu